Dû aux conditions météo, nous ne pouvons pas garantir les délais de livraison dans l'Ouest canadien

On t'espère - récit de fertilité

Publié par le

Un texte de Trycia Boyer, thérapeute intervenante holistique

Ce soir,
C’est dans mon bain que je pleure ton absence. Encore un cycle qui m’éloigne de toi. De l’espoir de toi. D’un nous, peut-être. J’ai essayé tu sais, de faire comme les gens m’ont dit : de lâcher prise, de ne pas penser à toi, de ne pas t’imaginer. La vérité c’est que tu as déjà un prénom, et, même quelques vêtements. Et puis, comment ne pas penser à ce rêve que ton papa et moi chérissons ? 

Ce soir, je me demande qu’est-ce qui se passe dans mon corps qui fait que je ne suis toujours pas prête à t’accueillir, qu’est-ce que je fais ou ne fais pas qui t’empêche de t’accrocher à moi.

Ça fait plus d’un an et demi qu’on t’espère, qu’on t’imagine, qu’on te manifeste, qu’on te parle même si on ne te connait pas. Une année à se dire que ça va aller, que notre tour va venir. En vain.

J’imagine parfois des symptômes dans mon corps pour me faire croire que tu es déjà présent, que c’est la bonne fois. Je me surprends également à ressentir de l’injustice pendant les annonces de grossesse, autour de moi, à juger les femmes qui tombent enceintes rapidement, même si leur relation ne va pas bien, même si elles ne sont pas ‘’à une bonne place’’ dans leur vie, moi qui a tellement d’ouverture pour le vécu de tous et chacun.

Ce soir,  je me demande s’il y a un ratio de bébés pour l’année là-haut et je me demande si nous devrons attendre à l’année prochaine pour voir un + sur un bâton. J’ai parfois peur que l’univers a peut-être d’autres plans pour nous, peut-être ne t’installeras-tu jamais au creux de mon ventre. Et puis, je me dis également que je t’accueillerai peut-être dans la plus grande des surprises, un peu comme j’ai accueilli l’appel du médecin spécialiste de la clinique de fertilité. Cet appel que je n’attendais plus, tellement l’attente pour ce rendez-vous a été longue. L’appel que nous avons craint autant que nous avons chéri.

Parce qu’on se dit toujours que ça n’arrive qu’aux autres. Jusqu’à ce que tu deviennes ces autres.

Fertilité - Trycia Boyer, Maovic

Tu sais quoi, j’ai peur, je crois. J’ai peur d’être médicamentée pour devoir te concevoir. J’ai peur de devoir m’injecter. J’ai peur d’être déçue, et d’attendre très longtemps aussi. J’ai peur que le processus ne soit pas teinté de rose comme la plupart des gens. J’ai peur de devoir faire des choix difficiles et de me taire lorsque les gens continueront à me répéter que je suis chanceuse d’en avoir déjà deux beaux en santé. J’ai tellement de la gratitude pour ton frère et ta sœur autant que j’en ai pour toi qui n’es même pas encore là. Mais les gens ne comprennent pas que le bout de toi n’est pas un caprice. 

J’ai attendu 6 années avant de trouver ton papa.  Celui qui est venu me redonner espoir et l’envie d’aimer. Celui qui a souhaité rapidement ta venue. Et je ne peux qu’apercevoir ta binette dans mes rêves; un minois qui lui ressemble, probablement des cheveux châtains comme les siens et des yeux bleus ou verts, peut-être.

Tu seras parfait.e.

Et malgré la peur et les jugements, je t’attendrai aussi longtemps que ça prendra, car comme pour ton papa, l’attente en vaudra la peine. Je le sais 

Ce soir, je pleure un peu ton arrivée tardive, mais je souris aussi à l’idée d’apprendre, bientôt, ton installation au fond de mon ventre, telle une petite étoile.

 

Trycia Boyer est thérapeute intervenante holistique en relation d'aide. Elle se définit comme une Guerrière Lumineuse et accompagne les femmes dans leurs parcours personnel et spirituel.

Trycia Boyer

fertilité

← Article précédent Article suivant →



Laissez un commentaire